En quoi consiste l’agriculture durable ?

Tracteur dans un champ

On entend souvent parler d’agriculture durable, mais il est un peu difficile d’expliquer réellement de quoi il s’agit. Contrairement à l’agriculture biologique, qui elle est encadrée par un cahier des charges bien précis, la démarche d’agriculture durable peut paraître un plus flou. Découvrez en quoi consiste l’agriculture durable.

L’histoire de l’agriculture durable

L’agriculture durable voit le jour dans les années 70 afin de faire le lien avec le principe de développement durable, pour léguer aux prochaines générations un environnement sain et viable. L’objectif de l’agriculture durable est de produire en prenant garde de ne pas dégrader les ressources naturelles disponibles et de préserver l’environnement pour les générations futures.

Le but étant de continuer à produire de façon raisonnée en prenant en compte la nécessité d’économiser les ressources naturelles qui ne sont pas infinies. Cette philosophie va à l’encontre du modèle économique actuel dont l’objectif principal est la rentabilité et la croissance économique au détriment de l’environnement et du bien-être de la société.

Or, depuis quelques années, le modèle économique montre ses limites et la société commence à prendre en compte l’impact néfaste de l’activité humaine sur la planète. Notre façon de produire et de consommer n’étant pas la bonne, il faut absolument adopter de nouvelles de faire afin d’enrayer le plus rapidement les possibles pénuries des ressources naturelles.

Prendre conscience du problème et adopter une agriculture durable

Plusieurs décennies se sont écoulées depuis cette prise de conscience, malgré cela nous constatons aujourd’hui les dégâts causés par notre système de production et de consommation. Il est urgent d’adopter une nouvelle façon de produire et de consommer pour ne pas détruire davantage l’environnement et les ressources naturelles.

D’ici 2050 nous seront près de 9 milliards à vivre sur la planète, afin d’assurer la prospérité du plus grand nombre, il est indispensable de mettre en place des systèmes de production alimentaires durables, en mettant en place de nouvelles pratiques agricoles plus résistantes et viables, qui s’adaptent aux changements climatiques et aux conditions extrêmes telles que les sécheresses ou les inondations

Le développement durable adapté à l’agriculture

Le développement durable s’appuie sur trois grands principes qui sont l’environnement, l’écologie et le social. De ce fait, pour respecter ces principes, l’agriculture durable doit se fixer comme objectif d’être équitable d’un point de vue social, tout en respectant l’environnement et en étant viable économiquement. Pour atteindre ces objectifs, il est nécessaire de mettre en place certaines pratiques.

D’une part pour être rentable, il faut davantage se tourner vers des systèmes autonomes et non-énergivores. Il faut préserver l’environnement, la biodiversité afin de ne pas dégrader les sols ou les nappes phréatiques. Enfin, il est nécessaire de créer du lien social entre les campagnes et les villes en valorisant le travail agricole et en rémunérant correctement le travail de nos agriculteurs.

C’est en trouvant le juste équilibre entre productivité et respect de la nature et des êtres humains que réside le principe de l’agriculture durable. On produit mieux, de façon propre et en consommant moins. La finalité étant de réduire considérablement notre impact néfaste sur la planète.

De la théorie à la pratique

Concrètement, comment peut-on arriver à une agriculture durable sachant que pour utiliser des engins agricoles, l’énergie fossile est nécessaire ? Évidemment, l’agriculture aura toujours un impact sur l’écosystème, mais le but est qu’il soit le plus petit possible afin de dégrader au minimum l’environnement.

Cela passe par le fait de réduire l’usage des engins agricoles, en utilisant davantage d’engrais naturels de types végétaux et non des produits chimiques. Ainsi, on prend soin du sol, en lui apportant des éléments naturels issus du recyclage et des déchets organiques 100 % naturels. Il faut privilégier la diversité des cultures et favoriser la rotation des cultures permettant de maintenir la biodiversité sur les terres agricoles.

L’agriculture durable doit être viable dans le temps et doit respecter les cycles écologiques tout en conservant une bonne rentabilité. Avec un peu de patience les sols seront plus fertiles et donc plus rentables, car ils auront pris le temps de se régénérer correctement. Une bonne pratique agricole tant également à améliorer l’hydratation des sols par le ruissellement, les nappes phréatiques sont ainsi respectées, on limite ainsi l’impact des sécheresses et l’appauvrissement des sols.