Smartphones et écologie : comment le gouvernement espère-t-il rendre nos téléphones plus durables ?

Smartphone

La semaine dernière, le gouvernement a publié une série de feuilles de route afin d’expliquer comment il comptait honorer les ambitions de Convention citoyenne pour le Climat. Parmi toutes les décisions proposées, celles qui espèrent diminuer l’empreinte carbone du numérique sont les plus notables. On remarque notamment la volonté de rendre les smartphones plus durables, alors que la 5G promet pourtant un renouvellement massif.

75 % de la pollution du numérique due aux terminaux

Actuellement, le numérique est de plus en plus souvent pointé du doigt. Le visionnage de vidéos hébergées sur des serveurs lointains consomme effectivement beaucoup d’énergie. Pourtant, le plus polluant reste la fabrication des terminaux. Parmi eux, les smartphones sont les plus nombreux et les plus souvent renouvelés. Les rendre plus durables aurait donc un impact massif.

Pourtant, une telle volonté du gouvernement semble n’être qu’un effet d’annonce. Surtout, cela semble voué à l’échec avec l’arrivée prochaine de la 5G. Dès la sortie des premiers modèles, des services comme Moneybanker.fr ont constaté une forte augmentation du nombre de demandes de prêt à la consommation pour financer ces smartphones. De même, le téléphone reste l’un des plus gros postes de dépense numérique, notamment en pleine période des fêtes.

Comment rendre les téléphones plus durables ?

La première piste privilégiée par le gouvernement pour rendre les téléphones plus durables, c’est évidemment d’améliorer leur réparabilité. Bien sûr, il ne sera jamais possible d’empêcher les consommateurs passionnés ou compulsifs de changer de téléphone tous les deux ans. En revanche, offrir à ceux qui le souhaitent la possibilité de garder leur téléphone beaucoup plus longtemps pourrait aider à faire la différence.

Il a également été demandé aux opérateurs téléphoniques d’améliorer le réemploi des téléphones. Actuellement, il y aurait 100 millions de téléphones inutilisés dans les tiroirs des Français ! Enfin, l’éventualité d’uniformiser les branchements des téléphones permettrait de réduire le nombre de chargeurs produits, et donc la pollution que cela génère.

Le débat sur la 5G continue de faire rage

Alors que les enchères pour les blocs de fréquence 5G viennent de se tenir en France, la volonté du gouvernement de rendre les smartphones plus durables a fait ressurgir le débat. Ceux qui s’opposent au déploiement de ce nouveau réseau le font souvent parce qu’ils craignent que cela ne serve qu’à provoquer le renouvellement des smartphones dans le monde.

Cédric O, secrétaire d’État chargé du numérique a donc insisté sur la volonté du gouvernement de réduire l’impact du numérique sur l’environnement. Il a plaidé en faveur de la 5 G en déclarant que ce nouveau réseau permettrait de faire des économies d’énergie en automatisant de nombreuses tâches. Un avantage encore débattu et une question qui ne sera tranchée qu’après quelques années d’utilisation de la 5G.