La convention citoyenne pour le climat lancée

climat

Les problématiques liées au climat sont nombreuses et leur résolution nécessite parfois des actions concertées que ce soit au niveau des individus que des Etats. C’est dans cette optique qu’une convention pour le climat et la lutte contre le phénomène du réchauffement climatique vient d’être lancée. Il s’agit d’une initiative à travers laquelle 150 citoyens vont être amenés à soumettre un certain nombre de mesures en référendum ou au parlement. 

Un programme prévu pour démarrer du 4 octobre 2019 au 26 janvier 2020

Le lancement de cette convention pour le climat débutera le recrutement de 150 citoyens. Tirés au sort sur la période allant du 4 octobre 2019 au 26 janvier prochain, ceux-ci doivent régulièrement se rencontrer et faire des propositions de mesures de lutte contre le réchauffement climatique au gouvernement.

La consommation, le logement ou encore la mobilité font ainsi partie des thématiques sur lesquelles ces personnes choisies réfléchiront afin de faire des suggestions pertinentes. S’il est vrai que ces citoyens se pencheront sur une variété de sujets lors de leurs différentes réunions, ils s’attacheront surtout à répondre à une problématique principale :

« Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici 2030, dans un esprit de justice sociale ? » Comme on peut le voir, c’est un travail d’une importance capitale qui attend chacune des personnes sélectionnées. 

Une initiative très bien pensée pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique 

Pendant près de 6 week-ends, ce groupe de 150 citoyens aura pour la lourde tâche de proposer plusieurs mesures à l’issue de débats constructifs. Celles-ci sont susceptibles de faire l’objet d’un règlement, d’une loi ou encore d’un référendum. Ils pourront à nouveau se réunir après la réponse donnée par le gouvernement dans le but de procéder à une étude plus approfondie de celle-ci.

Pour ce qui est de la composition de ce groupe, on peut dire que l’égalité des genres a été respectée. Pour preuve, 51% de ces 150 personnes tirées au sort parmi plus de 255 000 numéros de téléphone sont des femmes, tandis que les 49% restants sont des hommes.

Elles se différencient en outre par leur niveau d’étude, leur âge ou encore de provenance.  Ce qui fait de ce groupe choisi pour participer à ce conseil de lutte contre le réchauffement climatique une France en miniature. 

Un réel espoir de voir les choses bouger grâce à cette convention 

Les pouvoirs publics ne sont pas indifférents à cette convention à venir. Evoquant celle-ci, la secrétaire d’Etat à la Transition Ecologique Emmanuelle Wargon n’a pas manqué de dire un mot sur que doit être son rôle : proposer des mesures qui favorisent un changement collectif de comportement. Bien que les attentes soient nombreuses, l’idée d’une telle initiative ne pas l’unanimité au sein de la société française.

Selon la description qu’en font certaines tribunes, ces actions ne seraient que des gains de temps. Pour elles, les initiatives prises dans le cadre de ce programme ne seront utiles que pour faire des propositions de petites mesures, incapables de s’attaquer au capitalisme, seule cause du drame climatique que vit la planète toute entière en ce moment.