Voiture électrique : pourquoi est-ce le bon moment ?

chargement de voiture électrique blanche

L’urgence climatique est une réalité qui frappe de plus en plus de monde. Chacun se sent concerné, à sa manière, par cette catastrophe terrestre. Causée par l’homme, du moins renforcée par son utilisation de la Terre, la crise écologique demande à tous d’être plus attentif au quotidien. Une manière efficace de s’orienter vers une transition écologique réussie est de repenser sa mobilité. Entre les intentions gouvernementales et celles des citoyens, opter pour la voiture électrique semble être une solution forte du futur proche.

Rouler plus propre avec la voiture électrique

Le développement durable est une notion qui se réfléchit pour la première fois en ces mots dans le courant des années 80. Depuis, cette volonté s’est ancrée dans le paysage, tant médiatique que politique et privé. Cette idée de concevoir l’utilisation des ressources de la planète en accord avec les besoins réels, dans le respect de chacun, permet d’envisager de façon pérenne l’humanité.

Entretenir la planète semble être la seule manière de retarder l’urgence climatique. Pour réussir, à son échelle, à minimiser son impact et sa consommation des ressources terrestres, l’individu peut repenser divers éléments de son quotidien. Sans surprise, des spécialistes de l’automobile soulignent que 90 % des Français veulent rouler plus propre selon une étude Ipsos.

Rouler plus propre, en effet, c’est s’assurer de limiter autant que possible son empreinte carbone dans sa mobilité quotidienne. Plutôt que d’utiliser des ressources polluantes ou taxant les sols terrestres, les Français se tournent plutôt vers des énergies électriques. Selon son fournisseur, en prime, cette énergie peut être verte et encourager le circuit écologique français.

Lire aussi :  Comment obtenir la prime vélo ?

Dans les cinq prochaines années, de nombreux acheteurs souhaitent ainsi s’orienter vers des moyens de transports écologiques, dont la voiture électrique. A moyen terme, il y aurait alors près d’1 Français sur 2 qui s’équiperait d’une voiture électrique.

Le secteur automobile à l’écoute des intentions écologiques

Cette ambition française de renouveler le parc automobile n’est pas ignorée des constructeurs. Nombreux d’entre eux se sont déjà engagés à ne produire que des voitures hybrides pour les prochaines collections, un premier pas encourageant. Sur le long terme, ils espèrent en prime arriver à une transition électrique complète. C’est le cas, par exemple, du fabricant français Renault.

Selon leurs objectifs, la marque devrait arriver à convertir 90 % de leur catalogue de véhicules en production électrique. Ces premiers pas vers une ambition de transition énergétique s’accompagnent d’une volonté de s’ancrer dans la neutralité carbone. D’ici 2050, dans le monde entier, la marque souhaite en effet neutraliser ses émissions de CO2 à 100 %.

Cette réinvention du secteur automobile n’est pas limitée à cet acteur français. Cela s’est confirmé, entre autres, au salon de l’automobile de Munich. Les fabricants ont appuyé leur intention de créer des voitures durables et autonomes. S’y sont illustrés la création de batterie solide ou graphène et l’incorporation de matériaux recyclés.

Ainsi, les marques rivalisent d’ingéniosité pour cette transition écologique. Les Français voient donc les possibilités d’achat se diversifier au fil des années. Dans un futur proche, il deviendra plus facile encore d’opter pour une voiture électrique.

Quelles procédures pour passer à la voiture électrique ?

L’année 2020 suffit déjà à appuyer combien la voiture électrique sait tenter, et combien la transition est facile. Le secteur a constaté une hausse de 160 % des véhicules électriques en France – un essor qui place le pays dans le trio de tête de la transition européenne à l’électrique.

Lire aussi :  Réchauffement climatique : les espèces endémiques sauvages menacées

Pour les Français intéressés par ce passage à la voiture électrique, le gouvernement participe à encourager cette transition. Il est ainsi possible de demander le bonus écologique, qui s’élève à 6 000 euros jusqu’à fin 2021. Il passe ensuite à 5 000 euros en 2022.

Certains critères d’attribution doivent être respectés, tels que l’immatriculation du véhicule en France. Cette procédure reste classique, il suffit de demander sa carte grise. De nombreux sites en ligne facilitent largement cette démarche. En plus du bonus écologique, l’acheteur peut s’intéresser à la prime à la conversion ou à l’exonération des taxes régionales.

Une fois l’acquisition faite, il ne faut pas oublier que la voiture électrique demande quelques ajustements à domicile. Celui-ci devra s’équiper, notamment, d’une borne de recharge adaptée. Le parking public français, lui aussi, continue de s’équiper de plus en plus pour proposer des places appropriées. Le futur de la mobilité, alors, se réfléchit facilement en vert.