Comment gérer ses déchets électroniques ?

Alors que les appareils électroniques deviennent de plus en plus nombreux, la question de la fin de leur vie est récurrente. Même si cela semble être peu évident, les déchets électroniques représentent une source supplémentaire de pollution atmosphérique. Encore appelés DEEE, ils peuvent être dangereux pour l’environnement lorsqu’ils ne sont pas traités de manière écologique. Quels sont les gestes à adopter face aux déchets électroniques ? Découvrez comment faire dans les lignes qui suivent.

Conservez plus longtemps les appareils électroniques

Quand bien même cette astuce n’intervient pas directement dans la gestion des déchets électroniques, elle en constitue la base. En effet, ne pas céder aux envies de changement excessives est le meilleur moyen d’éviter les effets désastreux du rejet fréquent de déchets. Alors, il serait très judicieux d’essayer au maximum de conserver les appareils électroniques plus longtemps, en les faisant réparer en cas de panne.

Mettre en place une collecte sélective

Pour les appareils électroniques qui ne peuvent plus être conservés, il urge de les jeter en faisant de la tri sélectif. Avec des sacs ou bacs dédiés, vous devez classer les déchets par catégorie, afin de faciliter le recyclage de ceux-ci. Par ailleurs, vous pouvez également amener les déchets à des endroits précis pour qu’ils soient triés, réemployés ou recyclés par des professionnels.

Pensez à du remploi ou au recyclage de vos appareils électroniques

Vos déchets électroniques ne sont pas forcément bons pour la poubelle. Une fois reconditionnés, ceux-ci peuvent encore servir à d’autres utilisateurs. Alors, lorsque vous avez des DEEE, il serait plus judicieux de vérifier s’ils ne peuvent pas bénéficier d’une nouvelle vie. En outre, lorsque les déchets électroniques ne peuvent pas être réemployés, il faut les recycler. Ainsi, à défaut de pouvoir réutiliser l’appareil, ses composants pourront servir pour d'autres utilisations.

Lire aussi :  Comparatifs des box éco-responsables

Remettre les déchets électroniques à une structure économique sociale et solidaire

Un autre moyen plus soft de gérer les déchets est de le confier à un organisme spécialisé. Il existe en effet de nombreuses structures économique sociale et Solidaire qui ont pour mission de réparer les appareils pouvant encore fonctionner. Ainsi, ces appareils sont vendus à des prix moins élevés à d’autres utilisateurs.

Pour ceux dont l’usage n’est plus possible, la structure se charge de les expédier vers des centres de traitement. Ainsi, ils pourront être désintégrés et dépollués. Sur le site « collectons.org », vous trouverez des points de collecte proche de votre domicile.

Faire du un pour un

Il s’agit d’une méthode qui consiste à remettre au vendeur votre appareil usé lors de l’achat d’un autre neuf. Le vendeur a l’obligation de le reprendre. Mis en place pour faciliter la gestion des DEEE, ce système permet de se débarrasser plus facilement des appareils défectueux.

En outre, à l’entrée de plusieurs magasins, vous pouvez déjà trouver des bacs dédiés aux déchets électroniques. Cette méthode est appelée la collecte 1 pour 0 en raison du fait que vous n’avez pas à effectuer un achat avant de vous débarrasser du déchet.

Apportez directement les DEEE à une déchèterie communale

Les collectivités locales mettent pour la plupart en place des endroits dédiés pour la collecte des déchets électroniques, mais aussi pour des objets encombrants et dangereux. Alors, si vous avez des appareils en fin de vie, vous pourrez vous rendre dans ces endroits pour vous en débarrasser gratuitement. En procédant ainsi, vous êtes certain que vos déchets sont bien traités et bien dépollués.

Lire aussi :  Hébergement insolite : les nouveaux séjours écologiques

Cela dit, avec la déchèterie, les appareils jetés sont soumis aux aléas climatiques. Ils ne peuvent plus dans ces cas être réutilisés. Par ailleurs, une autre alternative pour réduire l’empreinte écologique est de faire appel à un acteur pour reconditionner à domicile vos déchets électroniques. Cette méthode a toutefois l’inconvénient d’être coûteuse.