L’e-commerce écologique : réduire l’impact environnemental de la vente en ligne

En France, le secteur de l’e-commerce a battu tous les records en 2020 avec une vente totale de 112 milliards d’euros. Face au développement exponentiel de ce domaine, des mesures ont été prises par certaines institutions pour réduire au maximum son impact environnemental. Découvrez ici quelques-unes de ces dispositions.

Sensibilisation des consommateurs sur l’impact de l’e-commerce sur l’environnement

Les consommateurs sont les maillons les plus importants de la chaîne de consommation. Ainsi, pour réduire les effets de la vente en ligne sur l’environnement, ces derniers ont leur part à jouer.

Le choix des produits

Grâce à l’e-commerce, tous les produits sont accessibles, mais pas forcément nécessaires. La plupart des consommateurs se montrent désormais responsables vis-à-vis de la provenance de leurs produits. Il n’est donc pas étonnant de voir des sites comme Backmarket, le bon coin ou encore Vinted avoir autant de succès ces dernières années.

Cela démontre l’engouement que les utilisateurs ont désormais pour les produits de secondes mains, d’occasion ou reconditionnés. De plus, les consommateurs préfèrent désormais consommer local.

Le comportement d’achat des consommateurs

Le consommateur peut limiter considérablement l’impact de sa commande tout au long du processus d’achat. Ainsi, lorsque l’acheteur lance plusieurs commandes, au lieu de les recevoir séparément, il peut les mutualiser et les recevoir toutes à la fois.

Ce processus prend beaucoup plus de temps que la première méthode. Cependant, il permet de réduire la pollution atmosphérique engendrée par les moyens de transport tels que le bateau et l’avion.

Les mesures nécessaires pour limiter l’impact environnemental des acteurs de l’e-commerce

Pour réduire l’impact environnemental de l’e-commerce, les acteurs de ce secteur ont aussi leur rôle à jouer. Ainsi, ils peuvent prendre les dispositions suivantes pour y arriver.

Lire aussi :  8 astuces pour organiser un pique-nique sans déchet

Construction d’un assortiment produit écoresponsable

Au lieu de privilégier les produits importés, les responsables de ces commerces en ligne peuvent promouvoir la consommation locale. Ils doivent aussi mettre un plus grand accent sur les produits réparables, durables, reconditionnés et recyclables.

Cela permet de réduire en premier lieu l’émission des gaz à effet de serre par les transports. En second lieu, la production de nouveaux produits sera considérablement réduite ainsi que la consommation d’énergie.

Amélioration de la présentation de l’assortiment

Les produits retournés sont des facteurs importants de la pollution de la terre. En effet, parce qu’ils ne sont pas pour la plupart recyclables, ils sont souvent jetés dans la nature. La meilleure solution revient à prendre des mesures pour diminuer au maximum ces retours.

Ainsi, les e-commerçants doivent désormais faire beaucoup plus attention à l’information donnée sur le produit. Des articles contenant des informations précises et enrichies sur les sites sont un moyen pour réduire fortement le nombre de retours.

Mise en place de modes de livraison écoresponsables

Il existe de nos jours de nombreux camions de livraison qui utilisent l’électricité, l’éthanol, le colza, l’hydrogène ou encore le gaz naturel en substitut au diesel. Dans les milieux urbains et périurbains, il n’est pas rare de voir des livreurs à vélo ou à triporteur. Ce mode de livraison séduit notamment par sa rapidité, son coût et son impact écologique sur l’environnement. De plus en plus d’e-commerçants l’adoptent.

De plus, les sénateurs Nicole Bonnefoy et Rémy Pointereau ont envisagé une solution pour lutter contre l’impact de la livraison sur l’environnement. Selon ces dirigeants, chaque client doit désormais recevoir une estimation du taux de carbone émis à cause du mode de transport choisi.

Lire aussi :  Quelles sont les alternatives aux bouteilles d'eau en plastique ?

L’arrêt du suremballage

La confection d’emballage est un véritable problème pour l’environnement. En effet, les matières premières qui entrent dans la composition de ces emballages sont indispensables pour l’écosystème. En arrêtant le suremballage, cela va permettre de réduire la taille et le poids des colis.

D’un autre côté, les e-commerçants peuvent aussi privilégier les produits recyclables ou déjà réutilisés. Ces derniers n’ont pas besoin d’emballage pour être livrés. De plus, ces produits destinés au commerce en ligne n’ont pas forcément besoin d’emballage. Contrairement à la vente en rayon, ces emballages ne remplissent pas les mêmes fonctions d’information et de support marketing.