L’impact de notre alimentation sur l’environnement

En France, les terres agricoles occupent 54 % de la superficie totale du pays. Ceci est dû au fait que la quantité d’aliments cultivés et consommés devient de plus en plus conséquente. Dans les débats autour des problématiques environnementales, il est souvent souligné que cette alimentation a aussi un impact non négligeable sur le dérèglement climatique. Si les consommateurs ne sont pas les seuls responsables à blâmer, il faut toutefois reconnaître que leurs choix alimentaires ont une réelle conséquence sur la planète. Découvrez, à travers cette lecture, ce qu’il en est réellement.

Quelles sont les conséquences directes de l’alimentation sur l’environnement ?

Depuis la production des aliments jusqu’à leur utilisation, tout le processus alimentaire contribue fortement au réchauffement climatique. Que l’on s’attarde sur la consommation énergétique, les pollutions diverses ou le gaspillage, il faut se figurer que chacun de ces facteurs isolés, mis bout-à-bout, nuisent sérieusement à la planète.

Premièrement, il y a la production, qui est un élément prépondérant dans ce processus. D’après les chiffres, l’agriculture est à l’origine de l’émission de 20 % des gaz à effets de serre en France. De plus, les modes de production impactent considérablement l’environnement, avec entre autres :

  • la dégradation des sols
  • la dégradation des réserves en eau
  • l’utilisation des engrais chimiques et des pesticides
  • la forte consommation d’énergie.

Il y a ensuite la transformation des aliments qui joue aussi un grand rôle dans la perturbation des écosystèmes. En effet, transformer les aliments nécessite une grande quantité d’eau. D’un autre côté, le transport des denrées alimentaires pollue l’air et émet une quantité importante de gaz à effets de serre. Après cette étape, il a celle du stockage et de la conservation des produits. Dans les grandes entreprises alimentaires, cette activité représente 40 % de la consommation d’énergie.

Lire aussi :  Quels sont les avantages d'installer une petite éolienne ?

Enfin, il y a les consommateurs qui jouent aussi leur partition. Lorsque ces derniers vont faire leurs courses, ils gardent généralement leurs aliments dans le réfrigérateur. Cela nécessite une certaine consommation énergétique. De plus, après usage de leurs produits, les déchets d’emballages sont pour la plupart laissés dans la nature, ce qui entraîne la pollution de celle-ci. Même si ces déchets sont collectés, traités, recyclés ou incinérés, cela nécessite beaucoup d’énergies. Cela est néfaste pour l’environnement car il faut puiser dans les ressources naturelles pour pouvoir produire cette énergie.

Comment le choix alimentaire des consommateurs alourdit-il le bilan ?

Plusieurs facteurs, en rapport avec le choix des aliments effectué par les consommateurs, ont de lourdes conséquences sur l’environnement. La plupart des produits alimentaires consommés sont riches en graisses, en sucres et en protéines animales. Si les effets néfastes de ces aliments sur la santé sont bien connus, il faut savoir que ces derniers ont également un impact sur l'environnement. En effet, 1 kg de viande produit 5 à 10 fois plus de gaz à effet de serre qu’une simple céréale. Si vous vous demandez comment cela est possible, c’est parce que le fait d’élever des animaux nécessite la production d’une grande quantité d’aliments pour les nourrir.

Il y a aussi le fait que les consommateurs apprécient de plus en plus les produits transformés. De nombreuses personnes préfèrent consommer des produits en conserves, réfrigérés ou encore surgelés, au détriment de la cuisine qui, elle, permet de générer moins de pollutions. En effet, de 1995 à 2008, la consommation de produit manufacturier a doublé. Imaginez les chiffres depuis lors à ce jour, avec une demande de plus en plus croissante. Cela est sans compter que plus il y a de production, plus d’énergies sont utilisées et plus de matières premières entrent dans la composition des emballages.

Lire aussi :  Mode éthique : le seconde main

Enfin, la consommation de tout type de produits, pendant toutes les saisons, a aussi un effet sur l’environnement. En effet, il n’est pas rare de trouver tous les types de fruits et légumes à chacune des saisons de l’année. Pour arriver à ce résultat, les producteurs doivent cultiver les produits sous serres chauffées. Ceci entraîne l’émission de 10 à 20 fois plus de gaz à effet de serre que dans une culture normale. D’autres sont encore transportés de loin souvent par avion. Toutes ces activités humaines impactent grandement l’environnement.