Comment rouler vert et faire des économies ?

Faire des économies en roulant sa voiture n’est pas un objectif irréaliste. Adopter une telle approche garantit de réduire considérablement certaines dépenses superflues. De même, c’est un excellent moyen pour participer à la préservation de l’environnement. Voici donc les gestes à appliquer pour y arriver.

Contrôler son enthousiasme au démarrage

La meilleure manière pour commencer un trajet en voiture consiste à ne pas accélérer instantanément. Roulez donc moins vite au démarrage et arrêtez le moteur lorsque vous êtes dans un embouteillage ou à l’arrêt. En effet, les voitures supportent de plus en plus les allumages fréquents. Cette méthode permet au conducteur d’économiser entre 3 % et 8 % sur sa consommation de carburant.

Curieusement, les rayons solaires entraînent l’évaporation d’une partie du carburant malgré le système de charbon actif. De même, le besoin élevé de climatisation au démarrage d’une voiture restée longtemps sous le soleil est aussi un facteur de surconsommation. Prenez donc l’habitude de garer votre véhicule à l’abri du soleil.

Revoir sa conduite

En voiture, chaque accélération correspond à un rejet supplémentaire de CO2 dans l’atmosphère. C’est aussi un excellent moyen pour vider son réservoir d’essence sans que cela soit une nécessité. En chiffre, diminuer sa vitesse de 10 km/h revient à économiser 3 à 5 litres de carburant sur 500 km. Cette méthode permet également de rejeter moins de 12 kg de CO2 dans l’air.

Cela étant, il est recommandé de rouler à une vitesse constante. Adoptez donc une conduite souple et moins incohérente. Pour ce faire, surveillez le trafic. Cette démarche vous offre une capacité d’anticipation certaine puis vous épargne des accélérations brusques et des freinages intempestifs.

Lire aussi :  Pollution des vols aériens : quelle est la solution ?

Par ailleurs, le premier kilomètre à voiture est le trajet de consommation le plus élevé en carburant. Il correspond aussi à la distance d’émission de CO2 la moins respectueuse de l’environnement. Limitez donc les voyages sur les petits parcours.

Mieux gérer la climatisation et l’enclenchement des vitesses

Toutes les voitures modernes sont quasiment équipées d’un système de climatisation. Celui-ci peut être très utile quand il fait chaud dans votre véhicule. Toutefois, il s’agit d’un élément qui peut consommer plus d’un litre de carburant à chaque 100 km/h. L’alternative verte pour conduire sans pour autant suffoquer sous la chaleur consiste à ouvrir ses fenêtres. Mais attention, cette approche n’est bénéfique que si vous roulez à faible vitesse.

En outre, n’attendez pas 2 500 tours sur une voiture à essence avant de placer les vitesses supérieures. En effet, pour jouir de bonnes reprises, certains automobilistes commettent l’erreur d’augmenter progressivement l’allure sur le rapport supérieur. Malheureusement, cette approche favorise un surplus de consommation. Elle induit donc le gaspillage du carburant et accroît la pollution. D’ailleurs, pour le régime diesel, il est recommandé d’engager le rapport supérieur avant 2000 tours.

Conduite verte et économique : quelques pratiques supplémentaires pour y arriver

Adopter une attitude écologique avec sa voiture consiste aussi à choisir des pneus de qualité. Lorsqu’ils sont sous-gonflés, les pneus entraînent une surconsommation de près de 3 % de carburant. De même, ils dégradent les tronçons routiers et peuvent provoquer des accidents de circulation. Pour éviter ces scénarios tout en préservant l’environnement, préférez des pneus surgonflés de 0,2 bar, surtout pour les longs trajets. Il est aussi recommandé d’opter pour ceux d’entre eux qui réduisent la résistance de roulement.

Lire aussi :  Les services de mobilité durable en libre-service dans nos villes

Outre ces différentes précautions, vous pouvez également :

  • utiliser le régulateur de vitesse de préférence pour les trajets sur terrain plat ;
  • réduire drastiquement la charge de votre véhicule des éléments optionnels avant le démarrage ;
  • éviter de faire toujours le plein du réservoir pour ne pas alourdir encore plus l’automobile.

Enfin, vous pouvez vous adonner par moments au covoiturage. Cette approche encore méconnue vous permet d’associer voyage en bonne compagnie, écologie et économie à la fois. De toute évidence, toutes ces instructions garantissent une conduite écoresponsable et moins onéreuse.